Bistrot de chef, cave à vins et Art Contemporain par Yannick Alléno

Dans l’enceinte de Beaupassage à Paris, Yannick Alléno et son épouse Laurence proposent Allénothèque, un lieu chic, inédit, convivial, ouvert, transversal et exigeant. Celui-ci rassemble avec brio un restaurant, une véritable cave-à-vins ainsi qu’une galerie d’art.

L’Allénothèque et sa vaste terrasse ensoleillée sont le spot idéal pour un déjeuner sur le pouce en semaine, un apéritif qui s’éternise ou un dîner soigné. Idéalement situé, au croisement des allées ponctuées d’art contemporain, ses grandes façades vitrées donnent à voir l’ensemble du paysage.

Table Allénothèque

Le bistrot de Chef convivial aux allures de beau restaurant

Dans cet espace en verre qui laisse largement entrer la lumière, l’ouverture prévaut. Le lieu est dégagé, haut sous plafond, la chaleur humaine présente. Sans ostentation, dans un esprit brut contemporain, la cuisine décloisonnée annonce la facilité de l’échange.

Au service, le bon mot accompagne le sourire et Yannick Alléno y ajoute le plaisir de partager, la simplicité et le naturel. Il n’est d’ailleurs pas rare de le voir porter une assiette en salle.

À Beaupassage, le chef saucier ouvre la version sublimée de ses bistrots. En effet, l’Allénothèque manifeste le caractère essentiel du restaurant de quartier spontané qui a bercé son enfance.

À la cuisine, preste s’il le faut, il ajoute sa touche inégalée de chef deux fois trois étoiles pour en faire un véritable lieu de gastronomie. Avec la modernité que l’on lui connaît, il s’adapte aux envies et aux besoins actuels en réduisant le gras, le sel et le sucre au profit du goût. Il décuple la générosité par sa virtuosité, tout en conservant l’esprit de simplicité du bistrot.

Salle Allénothèque

Une cuisine créative mêlant maitrise, goût, saison et locavorisme

À l’Allénothèque, Yannick Alléno cuisine selon la saison et dans le principe désormais partagé du locavorisme parisien, qu’il porte depuis plus de dix ans à travers le courant culinaire du Terroir parisien.

Les assiettes sont imaginées autour de goûts francs et prononcés. Le goût est en effet l’obsession du chef parisien. Tout ne doit servir qu’à sa perfection.

Il associe les textures à l’envie. Ainsi, on peut trouver dans un même plat des sensations de mordant, de fondant, de croustillant et de moelleux. Le chef va d’ailleurs jusqu’à imaginer deux textures différentes sur les produits qui constituent son plat, pour conserver la simplicité dans la dégustation. Une simplicité en apparence seulement donc.

Au-delà d’être gourmands, les plats sont à la fois légers et consistants, dans l’idée du repas qui restaure sans pesanteur, pour redonner force et vigueur.

Une carte de marché régulièrement renouvelée

Le « plat signature » est un concept auquel Yannick Alléno n’a jamais vraiment souscrit. Il lui préfère la liberté de créer et de faire évoluer sa carte à chaque nouveau plat, à chaque réapparition d’un produit qu’il aime. Une logique qui sert volontiers son bistrot de chef, dont la vocation est de pouvoir offrir une restauration du quotidien.

À travers une carte succincte, le chef présente trois entrées, quatre plats dont deux viandes et deux poissons, un fromage et deux desserts. Il s’autorise ainsi une cuisine de marché, qui change au gré de ses envies.

Cette grande latitude lui permet également d’adapter ses propositions afin de répondre avec adresse aux impératifs végétariens ou sans-gluten.

À la carte ou en formules, l’offre de l’Allénothèque se décline aux heures classiques de repas.

Chaque jour, une ardoise propose la suggestion du chef avec trois options : « entrée- plat » ou « plat-dessert » (29€) et « entrée-plat-dessert » (41€).

Un menu dégustation, dit menu Allénothèque, est également proposé (65€, accord mets-vin pour 35€ supplémentaires). Il permet de découvrir deux petites entrées, un plat et un dessert et peut-être d’agrémenter une occasion plus particulière.

Entre 15h à 18h, un service de restauration allégé propose les « pressés », de beaux et bons sandwiches chauds, snakés dans un grill biface. Enserrées entre deux larges tranches de pain de campagne au levain, les différentes garnitures gagnent en saveur et en fondant sous l’action de la chaleur.

D’œnothèque à Allénothèque, la passion du vin

Yannick Alléno est passionné par le vin. Sa complexité, son évolution sont autant de sujets qui l’enthousiasment. Persuadé que la grande gastronomie française s’est imaginée en réponse aux grands vins qui lui ont fait face, il s’attache à créer des plats qui permettent la dégustation de vins. Il aurait d’ailleurs cette tendance heureuse à apparier un plat à un vin et non le contraire, prenant le contrepied des us actuels.

Allénothèque est sans doute le seul bistrot de quartier à posséder une cave-à-vins en sous-sol référençant près de 700 appellations, françaises et étrangères.

Cave Allénothèque

La galerie d’Art, une « Scène ouverte »

La galerie Scène Ouverte de Laurence Bonnel est située au premier étage du restaurant.

Précédemment installée au Marché Paul Bert à Saint-Ouen, la galerie continue de célébrer les savoir-faire d’exception en donnant à admirer moult pièces d’art, petites ou plus imposantes, et de mobiliers d’art.

Dans cet espace d’exposition de près de 90m2, d’un blanc immaculé et entièrement baigné de lumière naturelle, Laurence Bonnel-Alléno accueille une scénographie mouvante au fil des artistes contemporains qui s’y annoncent.

Informations Pratiques

Allénothèque
55-57 rue de Grenelle
75007 Paris

www.allenotheque.fr
www.galerie-sceneouverte.com

Crédits photo : Sébastien Veronese ; Anne-Emmanuelle Thion